Les avantages du ski adapté vu par une personne autiste (au Pioneer Mountain Resort)

Il ne s’agit pas d’un article directement lié à l’Autistan ou à l’Organisation diplomatique de l’Autistan, mais l’expérience décrite ici (vécue par le fondateur de cette organisation) est une « pièce du puzzle » qui a été importante dans les expériences préliminaires et les réflexions (en février 2016) qui ont conduit à aller beaucoup plus loin au cours de l’été qui a suivi,lors d’un deuxième séjour au Kazakhstan (comme vous pouvez le voir dans les autres articles).

Elle a aussi permis de faire « plus que de simples mots », et de montrer une « capacité à faire les choses », et pas seulement à expliquer.

Mon séjour à la station de ski Pioneer en février 2016 a été une expérience très intéressante et utile.

Grâce à l’atmosphère humaine qui y était, je me sentais en confiance et j’ai accepté leur aimable proposition d’essayer de prendre des cours de ski, ce qui me semblait presque impossible jusque-là.

Quoi qu’il en soit, comme j’avais expliqué, en privé à Zhanat Karatay (le directeur et propriétaire de cette station de ski, et mère d’enfants autistes) et – plus tard – dans le « Discours d’Almaty sur l’autisme« , que la clé principale, pour les personnes autistes, est le verbe « essayer », j’ai été obligé de mettre en pratique les théories que j’ai exposées 🙂
Et ça a marché, bien sûr.

En skiant, j’ai découvert les limites du contrôle de mon esprit sur mon corps.
Habituellement, les relations entre mon esprit et la réalité concrète ne sont pas si difficiles, mais quand vous glissez sur des skis, les choses vont très vite et vous devez vraiment être très concentré sur chaque nouvelle « surprise » de la neige (la terre, la réalité) et réagir en quelques fractions de secondes, ce qui est très difficile pour une personne autiste, étant donné que, fondamentalement, nous ne vivons pas pleinement dans notre corps (mais plus dans les « pensées »), et nous avons une relation spéciale avec l’espace et le temps.

En d’autres termes, j’ai dû me forcer un peu.
Et personne n’aime se forcer, c’est vrai, mais pour beaucoup de personnes autistes, c’est souvent une chose complètement impossible à faire, surtout quand elles ne comprennent pas la raison ou la « justification » (une autre notion extrêmement importante dans l’autisme: la justification).
C’est pourquoi, comme beaucoup de parents et d’éducateurs le savent, il est très, très difficile de « forcer » une personne autiste à faire quelque chose (et bien sûr, l’astuce est de lui donner envie de le faire).

Alors ici, quand des enfants autistes (ou des adultes) viennent dans cette station de montagne, et essaient de skier pour la première fois, ce n’est probablement pas parce qu’ils sont passionnés par ce sport, mais plutôt parce que leur famille essaie (à juste titre) de leur faire vivre quelque chose de nouveau.
Donc, quand ils commencent à skier (avec l’aide d’un moniteur qui leur tient le bras, comme je l’étais pour moi), ils ne sont généralement pas très motivés, surtout au début, ils doivent donc se « forcer ».
Et dès les premières secondes, ils comprennent que cette « obligation » n’est pas seulement une théorie…
Vous n’avez tout simplement pas d’autre choix : vous parvenez à contrôler votre corps, sinon vous tombez, c’est simple, très facile à comprendre.
Ainsi, « par la force des choses » et par la force de la Nature (qui est certainement plus « acceptable » que les obligations sociales discutables), cette expérience nous apprend à faire des choses que nous ne voulons pas nécessairement faire, elle nous habitue à nous forcer, et aussi elle nous permet de comprendre instantanément la justification de ces « obligations » (du contrôle corporel), parce que si nous ne faisons pas ce qui est « juste », nous tombons.

C’est donc une démonstration très concrète. Les personnes autistes ont besoin de choses concrètes. Ici, c’est beaucoup plus concret et efficace (immédiat) que les « menaces » comme « si vous mangez trop, vous allez grossir », ou « vous devez étudier à l’école pour avoir une bonne situation plus tard », ce qui est extrêmement abstrait et incertain.

Donc, cette expérience de ski vous apprend à vous forcer à faire des choses que vous ne voulez pas nécessairement faire, elle vous apprend à aller au-delà de vos propres limites (parfois vous pensez avoir certaines limites, mais elles n’existent que parce que vous croyez qu’elles existent.).

J’ai donc dû faire des efforts d’attention inhabituels, afin de réussir à contrôler la situation et à ne pas tomber.
Je pouvais sentir que quand ça allait trop vite, je commençais à paniquer un peu, à perdre le contrôle et à être sur le point de tomber.
Ici, je veux dire que la cause de la chute ne serait pas la vitesse ou d’autres problèmes liés au terrain, mais une diminution du contrôle du corps par l’esprit, en raison de l’état de panique dû à la peur de la chute. En d’autres termes, la peur de tomber… provoque la chute …
Et c’est probablement un point intéressant sur les mécanismes psychologiques.

Le personnel de Pioneer est conscient de l’autisme et ils ont été patients et attentifs, et cela a fait une réelle différence pour moi, et cela m’a donné un peu de courage.
Finalement, après quelques heures, j’ai même pu parcourir toute la pente (plus de 1 km de long), avec l’aide d’un instructeur.

En plus de cela, c’était un véritable échange, car ils étaient déjà conscients de l’autisme, c’est vrai, mais j’ai aussi eu l’occasion de répondre à leurs questions de manière très détaillée, sur les réticences et les difficultés des enfants autistes qu’ils accueillent et entraînent habituellement. Cela leur a permis d’avoir une approche plus adaptée, l’autisme est devenu moins « mystérieux » pour eux.
En d’autres termes, ils m’ont « appris à skier » (de manière basique), et je leur ai « appris à skier avec des personnes autistes » (ou à augmenter leurs compétences dans ce domaine).

Cette expérience m’a aidé à mieux comprendre mes propres caractéristiques autistiques, à améliorer ma confiance en moi et le contrôle de mon corps.

En effet, l’amélioration de la confiance en soi est un autre avantage très important de cette expérience.
En général, les personnes autistes ont une très faible estime de soi.
Et ils ont très peu d’occasions d’améliorer cela, car ils devraient être capables de faire l’expérience de nombreuses nouvelles choses « physiques », et ils devraient être capables de créer des choses (par exemple avec leurs mains).

Mais malheureusement, très souvent, leur « environnement social » (principalement la famille) ne leur donne pas ce genre d’opportunité, et les « enferme » dans une sorte de « super-protection », ce qui est le contraire de ce qui devrait être fait.
En effet, comment peut-on vouloir des « améliorations », c’est-à-dire des changements, si l’on fait tout pour « protéger » la personne autiste des changements ?

Dans la vie, il faut prendre des risques.
Et là encore, cette expérience de ski nous aide, elle nous habitue à des risques maîtrisés, à des « chutes acceptables ». C’est vraiment important.
Si vous tombez, vous réalisez que le monde ne s’est pas effondré. Vous avez peut-être un peu mal: et alors quoi?

Nous ne devrions pas avoir peur de faire des erreurs, nous ne devrions pas refuser de nouvelles expériences par « peur de faire une erreur », « peur de tomber » (tant que ce n’est pas vraiment dangereux).

Le « confortabilisme » (comme je l’ai mentionné dans le «Discours d’Almaty sur l’autisme») et la « peur de tout » sont des pièges, des pièges vraiment toxiques.

Maintenant, en ce qui concerne la notion d’«estime de soi », le système social est complètement faux car il enseigne aux gens (y compris les autistes) que l’estime de soi s’obtient par la « reconnaissance sociale », c’est-à-dire le jugement de soi par les autres (généralement des étrangers, qui ne comprennent rien à notre sujet).
C’est particulièrement absurde, mais c’est ce que tout le monde fait, et quand une personne autiste commence à apprendre cela, c’est vraiment dangereux, et se termine parfois par un suicide (cela dépasse le cadre de cet article, mais je pourrais expliquer…).

Bref, lorsque nous glissons sur des skis sur la neige, les choses ne sont pas si abstraites et compliquées : si nous parvenons à glisser sans tomber, nous savons que nous contrôlons notre corps, et donc notre confiance en soi est améliorée, peu importe ce que les autres pensent : il s’agit d’une relation directe entre nous et les lois de la Nature, sans l’intervention du « facteur social », qui est si problématique pour les personnes autistes (et pour tout le monde…).

Je pense que lorsqu’une personne autiste peut réussir à avoir un tel contrôle dans des conditions aussi difficiles (rapides), alors elle peut avoir un bon contrôle dans de nombreuses (ou toutes) autres situations.

Et je pense qu’il est plus facile d’apprendre pour les enfants, car ils sont encore très ouverts aux « changements » et à l’apprentissage. Je veux dire qu’ils ne pensent pas trop à leurs « limites » (et encore moins au « jugement social », par exemple la notion de « honte » s’ils ont beaucoup de difficultés) : comme avec la fameuse citation de Mark Twain, « Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait ».

Ainsi, parmi les nombreux avantages de cette expérience, elle aide à améliorer la confiance en soi, ce qui est quelque chose de très important et nécessaire pour les autistes.

Enfin, à mon avis, pour nous les autistes, dans ces expériences de ski, la chose la plus importante n’est pas vraiment le ski ou le côté « sportif »: le ski est surtout un outil qui nous permet de faire l’expérience de la réalité naturelle, des lois de la nature et de notre corps, d’une manière très forte, vraie et immédiatement compréhensible.

C’est pourquoi ce genre d’expériences (mais aussi d’autres, comme le vélo par exemple), sont des choses très utiles car nous avons besoin d’harmonie et d’un « lien naturel » avec ce qui nous entoure (et ce lien est souvent perdu, brisé, perverti, déformé ou compliqué par le « système social »).

Et bien sûr, c’est très utile pour apprendre à mieux contrôler son corps, à être plus attentif, à se forcer, à avoir moins peur de tout.
Et pour apprendre à prendre des risques, et pour augmenter sa confiance en soi.

Toutes ces choses sont très importantes, et la Nature (la neige et les lois de la gravité) nous permet d’apprendre cela très simplement et rapidement, de nous reconnecter et de nous synchroniser avec la Terre mère, ce qui est évidemment bénéfique, et probablement quelque chose qui manque de plus en plus.

De plus, j’ai trouvé que la propriétaire du Pioneer Mountain Resort (Zhanat Karatay)est très impliquée dans l’aide aux autistes, et elle est également amicale et gentille ; c’est pourquoi j’espère qu’elle réussira à collaborer à l’autonomie des autistes et à « une vie meilleure pour les personnes autistes », grâce à cet « outil » (les séances de ski adaptées), entre autres moyens et méthodes.

Commentaires fermés.